L'ÉNERGIE ÉOLIENNE

Comment ça marche ?

 

Une éolienne transforme l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique puis en électricité.

 

L'éolien, énergie durable

LA FRANCE, DES RÉGIMES DE VENT FAVORABLES

La France dispose de régimes de vent particulièrement favorables, qui font du territoire français le deuxième gisement éolien d’Europe.
Les différents régimes étant complémentaires, les variations de la production d’électricité d’origine éolienne s’équilibrent au niveau national.

 

UNE ÉNERGIE PROPRE ET RÉVERSIBLE, BONNE POUR LA PLANÈTE

Une éolienne produit de l’électricité uniquement avec la force mécanique du vent, ressource inépuisable. Elle ne produit ni gaz à effet de serre ni déchet. Sa production énergétique compense rapidement l’énergie nécessaire à sa fabrication et à son installation (environ 6 mois).
En fin de vie, les éoliennes sont démontées et les matériaux sont recyclés et valorisés. Aucune action de dépollution du sol n’est nécessaire.

UNE ÉNERGIE FIABLE ET COMPÉTITIVE

Depuis plus de 30 ans, les constructeurs améliorent les performances des éoliennes : leur puissance nominale a été multipliée par 10 entre 1997 et 2007 et leur taux de disponibilité est proche de 98 %.
C’est aujourd’hui une technologie très performante techniquement et économiquement. Son coût complet de production est l’un des plus compétitif comparé aux autres énergies, renouvelables ou conventionnelles.
À court terme et compte tenu de l’augmentation du prix de l’énergie, l’éolien deviendra l’une des énergies les moins chères.

UNE FILIÈRE
CRÉATRICE D'EMPLOIS ET DYNAMIQUE

En 2019, l’énergie éolienne représentait plus de 178000 emplois directs en France. Elle crée en moyenne 4 emplois par jour, les investissements ne cessant d’augmenter.
La filière regroupe de nombreux métiers pour le développement (acousticien, cartographe, météorologue, juriste, etc.), pour la fabrication et l’ingénierie de construction (électricien, métiers de la métallurgie, conducteur de travaux, etc.) et pour la maintenance (électromécanicien, travaux en hauteur, etc.).

UN RÔLE DÉTERMINANT DANS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

La loi relative à la Transition Energétique pour la Croissance Verte adoptée en juillet 2015 fixe l’objectif de 40% d’électricité d’origine renouvelable à l’horizon 2030 en France. La Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) prévoit 33,2 GW de capacité éolienne terrestre installée d’ici 2028, on en comptait 16,5 GW au 31 décembre 2019.
Après 2030, les énergies renouvelables sont appelées à poursuivre leur développement au-delà de cet objectif permettant ainsi de concilier lutte contre le dérèglement climatique et croissance verte.

 

En savoir plus sur l'énergie éolienne

 

Consulter le site Internet de France Energie Eolienne : fee.asso.fr

Consulter le Panorama des Energies Renouvelables 2019 publié par RTE

Consulter le site Internet du Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire : www.ecologique-solidaire.gouv.fr

Questions fréquentes

Les éoliennes font-elles du bruit ?


Les éoliennes émettent un bruit de fond, principalement des basses fréquences entre 20 Hz et 100 Hz. Ce bruit est dû à des vibrations mécaniques entre les composants de l’éolienne et au souffle du vent dans les pales. À 500 mètres de distance (distance minimale entre une éolienne et une habitation), il est généralement inférieur à 35 décibels : c’est moins qu’une conversation à voix basse.

Les éoliennes sont soumises à la législation des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE) qui fixe les mesures propres à prévenir les impacts sur l’environnement et le voisinage : le niveau de bruit incident est fixé par l’arrêté préfectoral d’autorisation (+3dB la nuit et +5dB le jour par rapport au bruit ambiant). Si un dépassement est observé, des actions correctrices sont imposées : arrêt ponctuel ou freinage des éoliennes. Les aérogénérateurs font l’objet de perfectionnements techniques constants pour diminuer le son qu'ils émettent : engrenages de précision silencieux, système de serration sur les pales, montages des arbres de transmission sur amortisseurs, capitonnage de la nacelle…

Les éoliennes sont aussi à l'origine d'infrasons. Les campagnes de mesures de bruit réalisées récemment par l’ANSES* montrent que ces infrasons sont émis à des niveaux trop faibles pour constituer une gêne et encore moins un danger. À titre de comparaison, les infrasons émis par notre organisme (battements cardiaques ou respiration) et transmis à notre oreille interne sont plus intenses que ceux émis par les éoliennes.

*ANSES : Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail




Pourquoi une éolienne ne tourne pas tout le temps ?


Si le vent est absent, trop faible ou trop fort, une éolienne ne peut pas tourner

Un vent inférieur à 10 km/h est insuffisant pour faire démarrer et tourner une éolienne. À l’inverse, un vent trop fort entraîne l’arrêt de l’éolienne, de manière à éviter tout risque de casse des équipements et minimiser leur usure. Ces arrêts pour cause de vents forts sont peu fréquents en France métropolitaine et sont souvent automatisés : ils ne dépassent pas 10 jours par an.

Pendant sa période de fonctionnement, une éolienne tourne à différentes vitesses en fonction de la force plus ou moins impor-tante du vent. En un an, elle a produit autant d'électricité que si elle avait tourné 20 à 25 % du temps à capacité maximale. C'est ce qu'on appelle le facteur de charge ou le taux de charge.

La France peut être décomposée en plusieurs zones géographiques avec des régimes de vent différents. Lorsque le vent est faible dans une zone, il peut rester élevé dans une autre. Quasiment toutes les éoliennes sont installées sur des sites caractérisés par des vitesses de vent en moyenne supérieures à 20 km/h. Les nouvelles éoliennes plus performantes, dites « toilées », peuvent être installées sur des sites avec des vitesses plus faibles. Les améliorations technologiques actuelles et à venir vont permettre de valoriser une plus grande part de la ressource en vent de la France.

De courts arrêts sont nécessaires pour la maintenance

Une éolienne peut être mise volontairement à l’arrêt pendant de courtes périodes pour réaliser des opérations de maintenance. Cette indisponibilité ne représente que 1,5 % du temps, soit environ 5 jours par an.

Si l'on considère les périodes d'arrêt dues aux vents trop faibles ou trop forts et aux opérations de maintenance, une éolienne tourne en moyenne 95 à 98 % du temps.




Que deviennent les éoliennes en fin de vie ?


Au bout de 20 à 30 ans d'exploitation, les éoliennes sont démantelées et recyclées

L’acier et le béton (90 % du poids d’une éolienne terrestre), le cuivre et l’aluminium (moins de 3 % du poids) sont recyclables à 100 %.

Les pales, constituées de composite associant résine et fibres de verre ou carbone (6 % du poids de l’éolienne), sont plus difficiles à recycler. Des travaux de recherche sont conduits pour améliorer leur conception et leur valorisation. Parmi les solutions en cours d'optimisation : utiliser le composite comme combustible en cimen-terie, le broyer et l’incorporer dans des produits BTP (matériaux de construction du bâtiment) ou encore récupérer les fibres de carbone par décomposition chimique à très haute température (pyrolyse).

Plus de 90% des composants de l'éolienne sont recyclables à 100%.




Installer des éoliennes, combien ça coûte et combien ça rapporte ?


Produire 1 MWh d'énergie éolienne terrestre coûte en moyenne de 60 à 70 €

Ce montant tient compte de l’ensemble des coûts, depuis l’achat des éoliennes jusqu’à leur démantèlement en fin de vie après une vingtaine d’années de fonctionnement. L'éolien terrestre est ainsi le moyen de production d'électricité le plus compétitif avec les moyens conventionnels comme les centrales gaz à cycle combiné.

Pour accompagner le développement de la filière éolienne et permettre la baisse des coûts, l'État a mis en place un système de soutien à la production d'électricité éolienne. Ainsi, en France, tous les foyers participent au développement des moyens pour produire de l'électricité renouvelable (hydraulique, solaire, éolien...) à travers la « Contribution au Service Public d’Électricité » prélevée sur leur facture. Environ 17 % de cette taxe est affectée à l'éolien en 2019*, ce qui représentait 2,3 % de la facture d’électricité des ménages français en 2017**.

* D’après la Commission de Régulation de l’Énergie (CRE)

** Prix de l’électricité en France et dans l’Union européenne en 2017 - ministère de la Transition écologique et solidaire.

Les éoliennes sont sources de revenus au niveau local

Les taxes dues par les exploitants des parcs éoliens génèrent des recettes fiscales au niveau local, comme toute activité économique implantée sur un territoire. Une éolienne terrestre rapporte ainsi de 10 000 € à 12 000 € par an et par MW installé aux collectivités territoriales environnantes.

Par exemple, pour un parc de 5 éoliennes de 2 MW chacune, c’est un gain de 100 000 € à 120 000 € par an pour les collectivités d'accueil.




La réception de la télévision peut-elle être perturbée ?


Suite à la mise en service du parc, il est possible de constater des perturbations au niveau de la réception télévisuelle si celle-ci passe par une antenne dite « râteau ». Ce phénomène est causé par la capacité des éoliennes à dévier ou à réfléchir les ondes électromagnétiques lorsqu’elles sont situées entre l’émetteur TV et le récepteur (l’antenne TV), causant ainsi une altération du signal.

Depuis l’arrivée de la Télévision Numérique Terrestre (TNT), les perturbations sont moindres voire inexistantes. Toutefois, si un problème survient, sa résolution est à la charge de l’exploitant.

En effet, conformément à l’article L112-12 du Code de la construction et de l’habitation, l’exploitant du parc est dans l’obligation de réparer toutes les réceptions télévisuelles qui seraient perturbées par la construction et l’exploitation du parc éolien.

Les riverains qui constateront une dégradation de leur réception TV suite à la mise en service du parc éolien seront invités à le signaler à la société d’exploitation du parc éolien. Un professionnel sera mandaté pour analyser chaque situation et rétablir la réception TV dans les plus brefs délais, à la charge de l’exploitant du parc si la perturbation est effectivement imputable au parc éolien.

Les solutions sont multiples : réorientation de l’antenne râteau vers une autre antenne relai avec ajout d’un amplificateur si besoin, mise en place d’une parabole satellite, mise en place d’une nouvelle antenne relai, etc.




Comment se déroule la construction du parc ?






 

PARC ÉOLIEN
DE SAINT-MATHIEU